Le Site Technique des Industries d'Habillement au Maroc

Négocier son salaire d'embauche





Ali Serhani, Consultant RH & directeur associé
Cabinet RH Gesper Services.

Le candidat doit avoir une idée préalable des rémunérations pratiquées sur le marché avant de décliner ses prétentions salariales.

Décliner ses prétentions salariales face à un recruteur s'avère un grand dilemme pour les jeunes candidats qui sont pour la plupart incapables de fixer un montant exact sans être lésés ou sans tomber dans l'excès. L'enjeu est grand : en avançant un montant au hasard, il y a le risque de demander un salaire en dessous ou encore d'exiger un gros salaire qui n'est pas en adéquation avec les compétences du candidat. Aussi pour éviter de tomber dans ce piège, un travail en amont est nécessaire dès que le rendez-vous pour l'entretien d'embauche est fixé.

Il serait plus judicieux de se renseigner auprès de son entourage, en premier, des salaires pratiqués sur le marché ou encore de demander auprès de la concurrence le niveau de rémunération accordée à un profil similaire au sien.

A défaut de trouver une réponse adéquate, Internet et les réseaux sociaux pourront servir à cet effet. Il ne faut pas négliger les enquêtes sur les salaires actualisées chaque année dont celle du cabinet Diorh, à titre d'exemple. Donc, le conseil à retenir est celui de ne jamais se prononcer sans se renseigner au préalable. Parfois, les candidats, surtout ceux qui cherchent leur premier job, ne sont pas très exigeants en matière de rémunération. La négociation avec cette tranche de la population s'avère facile pour les responsables de recrutement et les DRH. A contrario, lorsqu'il s'agit de négocier avec des profils plus expérimentés et plus avertis, l'exercice est plus compliqué, surtout lorsque les candidats justifient d'une bonne expertise. Dans ce cas, les personnes approchées considèrent de plus en plus le package offert. En effet, en plus du salaire d'autres avantages sont très demandés pour permettre un meilleur épanouissement. Cette quête de bien-être au sein de l'entreprise cible s'étend de plus en plus au sein de la génération Y et même celle qui la précède (X). Le monde professionnel est en perpétuelle mutation.
« Chacun peut avoir les ambitions qu'il souhaite, en termes de responsabilité ou de niveau de rémunération. Là n'est pas la question. Mais il faut se demander quelles sont celles qui sont compatibles avec les moyens ou la politique de l'entreprise», dixit les auteurs du livre «bien préparer son entretien d'embauche» publié par Studyrama.
Pour les débutants, voici donc quelques conseils pour leur permettre de bien se défendre face aux DRH et des responsables recrutement.
Selon Ali Serhani, «si l'entreprise décide de recruter des jeunes diplômés, alors là nous pouvons dire que déjà, l'étape la plus difficile a été franchie». Donc dans ce cas il appartiendra au candidat de :

  • - savoir se comporter au niveau de l'entretien,
  • - de bien s'exprimer,
  • - d'être humble mais tout en restant digne,
  • - de maîtriser la langue de travail demandée,
  • - d'être au courant de tout ce qui touche de près ou de loin l'entreprise dans laquelle il a postulé, sans oublier de se renseigner sur le secteur dans lequel elle opère.
  • - Lors des entretiens ne jamais baisser la garde. «Votre interlocuteur pourra vous mettre à l'aise et c'est là où vous risquez de tomber dans le piège, car votre naturel réapparaîtra au grand jour et vous commencerez à vous oublier en croyant que vous êtes dans le café du coin en train de discuter avec votre partenaire de jeu de cartes».
«Les entreprises qui n'ont aucune cohérence en matière de rémunération ne sont pas recommandables»

- Une fois l'entretien d'embauche réussi, comment se préparer pour mener à bien l'étape de négociation du salaire ?
Tout d'abord lors de l'entretien d'embauche, il faudrait convaincre votre interlocuteur que vous êtes la personne qu'il recherche et donc celle choisie parmi le lot de candidats reçu par l'entreprise. Donc c'est la règle principale de tout entretien avant de songer un seul instant à parler salaire et ce qui va avec.
Une fois, cette étape franchie, nous pouvons dès lors parler de négociation de salaire. Cependant ceci nous amène à en parler mais dans deux situations : La première concerne le candidat fraîchement diplômé. Pour ce cas, nous n'allons pas aller par 36.000 chemins! Le plus important en début de carrière ce n'est pas le salaire mais c'est d'acquérir une première expérience probante de deux ou trois ans chez votre premier employeur. Espérons tout simplement que vous tomberez entre de bonnes mains pour apprendre les rudiments de la vie professionnelle et acquérir les «bonnes manières» aussi bien en matière de savoir faire, savoir être et en dernier en matière de savoir vivre, ce qui n'est pas des moindres. Concernant le salaire, généralement dans les entreprises bien structurées il y a un salaire bien défini pour les jeunes recrues et qui disons le, est pour un premier emploi très correct.
Concernant la seconde situation, elle est afférente au cas d'une personne ou un candidat avec une expérience probante. Donc pour ce cas, le candidat devra déjà avoir en tête les salaires qui se pratiquent sur le marché sans oublier de se renseigner sur la politique salariale de l'entreprise qu'il compte intégrer. Via ces deux points, la personne pourra connaître son seuil minimal pour intégrer une autre entreprise. Attention à ne surtout pas faire de Benchmarking auprès d'entreprises qui donnent des salaires faramineux alors qu'en matière RH cela laisse à désirer. Autant percevoir un salaire qui est je dirai correct et s'épanouir dans son travail et surtout être bien dans sa tête sans oublier l'évolution de carrière, plutôt que de travailler dans une entreprise où les salaires sont stratosphériques mais dans laquelle le climat interne correspond à celui en vigueur lors de la période féodale avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir sur la carrière du candidat.

- Comment définir ses prétentions salariales, sans tomber dans l'excès ou demander moins ?
Je pense que c'est au niveau du salaire que la citation d'Oscar Wilde ne pourra jamais s'appliquer, à savoir et je le cite : « Il faut toujours viser la lune car même en cas d'échec on atterrit au milieu des étoiles... ». Pourquoi cette citation ? Tout simplement parce que beaucoup de candidats raisonnent de cette manière et c'est faux. Quand nous parlons d'entreprises structurées, nous parlons de politique salariale bien définie, que cela soit via la maison mère ou via le siège social. Point final ! Elles savent ce qu'elles peuvent vous proposer. Ni plus ni moins. Les entreprises qui réfléchissent autrement c'est-à-dire qu'elles n'ont aucune cohérence en matière de rémunération ne sont pas recommandables. Je dirai enfin que tout est question de bons sens. Au risque de me répéter, il faudra chercher l'entreprise dans laquelle il fait bon travailler avec un salaire correct plutôt que de s'aventurer dans une entreprise dans laquelle vous allez perdre votre temps et par là votre savoir faire et même parfois votre savoir être. Encore une fois, renseignez-vous auprès de personnes fiables sur la politique salariale de l'entreprise afin de vous situer. Si cela correspond à ce que vous souhaitez, postulez pour un poste auprès de celle-ci en sachant quoi demander. Le cas contraire, cherchez ailleurs. C'est simple comme bonjour!
N'oubliez surtout pas qu'à côté du salaire plusieurs choses peuvent être négociées : un Master, une couverture médicale assez particulière, une assurance complémentaire plus qu'alléchante, etc.
Enfin, n'oubliez pas que l'on peut vous donner ce que vous voulez mais cela sera à vous de faire vos preuves sinon, même avec le meilleur des salaires et si vous êtes nul lors de la période d'essai, on vous dirigera vers la porte.

- Comment mener à bien les négociations portant sur le salaire ?
En restant pragmatique avoir en tête le seuil minimal au niveau de ses prétentions et ne surtout pas oublier qu'une excellente négociation c'est celle qui fait en sorte que les deux parties doivent être gagnantes. Donc si j'ose dire un deal win-win Faire très attention de ne pas donner de vous l'image du mercenaire qui n'est là que pour le salaire et rien d'autres. Ce dernier point est très crucial dans une négociation, car nul employeur doué de bon sens ne vous prendra même si vous êtes lauréat de Harvard et Yale réunis ! Dans le cadre d'une entreprise on peut tout faire ou tout envisager en matière de développement sauf quand on « deal » avec un candidat mercenaire et/ou de mauvaise foi.

- Pour les expérimentés, comment mettre en exergue son expérience professionnelle et demander plus ?
Pour ce genre de candidats je pense que s'ils sont excellents ils n'ont pas besoin de mettre en exergue quoi que ce soit. Leur image sur la place fait et fera le nécessaire à leur place. Donc, le recruteur sait à quoi s'en tenir avec ce genre de profils. Généralement les entreprises font des mains et des pieds pour les recruter. Je vous donne un exemple. Avant d'approcher un candidat dans le cadre de la chasse de têtes, il nous suffit de poser des questions de manière très discrète à son entourage professionnel et nous avons les réponses qu'il faut. Nous savons ce qu'il vaut intellectuellement, professionnellement, humainement et enfin ce qu'il «touche» comme salaire et avantages. Ceci nous permet d'avoir une idée sur ce que l'on peut lui proposer. Donc, ce sont plusieurs paramètres qui sont pris en compte. Par exemple même si le candidat est diplômé de Harvard et qu'il a une expérience plus que probante, si c'est quelqu'un d'exécrable autant ne pas s'en approcher car il risque de n'apporter que des ondes très négatives et rien de plus.

Le Matin Emploi
Par Nadia DREF